Retour accueil - Editions SPM

Article

article revue auteur
Détail de l'article

rectoverso
MARMONT ET LA DÉFECTION D'ESSONNES LE MARÉCHAL A-T-IL "RAGUSÉ" ?
Jacques Jourquin
Le maréchal Marmont d'un empire à l'autre

Si Napoléon a été vaincu, maugréent les vieilles moustaches sous la Restauration, c'est que, comme le Christ, il a été abandonné, trahi par ceux qu'il aimait et qui lui devaient tout. La compagnie des gardes du corps du roi Louis XVIII commandée par Marmont est surnommée la "compagnie de Judas", et celle de Berthier la "compagnie de Saint-Pierre" pour ses trois reniements supposés. Le titre de Raguse engendre un verbe et un nom commun. Il n'est pas un nom mythique de victoire, il rime avec "ruse" et "abuse", cela sonne bien. L'opinion a souvent le goût sûr de ce qui frappe et qui fonctionne.
Le sort aide à désigner le premier des coupables : Berthier est mort le 1er juin 1815, tombé d'une fenêtre de son château de Bamberg. Ney, expert en retournements de vestes, a été fusillé à Paris le 7 décembre de la même année. Augereau, autre suspect, est décédé le 12 juin 1816. Marmont reste seul, jeune encore - une quarantaine d'années - il fait un parfait bouc-émissaire, d'autant plus que les royalistes en rajoutent en 1830, l'accusant de les avoir trahis, comme évidemment il avait trahi "L'Autre".


mai 2021 • 17 pages
version numérique (pdf texte) : Commander la version PDF 129 Ko

Prix éditeur : 3 €
     [retour]     


Commander la version PDF (eArticle)
Paypal  Cartes supportées   Cartes supportées

Qui sommes-nous ?

Contacts

Déposer un manuscrit


  Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire
  dernière mise à jour : 15 octobre 2021 | © Harmattan - 2021 | À propos | Paiement en ligne | conditions générales de vente et mentions légales | frais de port