Retour accueil - Editions SPM


Articles de presse

Pontarlier : les registres paroissiaux en 45.000 fiches

Les archives municipales disposent d’un fichier unique en son genre, donné en exemple au congrès national de généalogie


« Nous rendons hommage à Mme Brischoux, responsable du service des archives, à ses collaboratrices et surtout au docteur Thiébaud, sans lequel rien n’aurait été possible. »
Dans la salle des Archives Municipales, en présence notamment de Mme Coënt-Bochard, sous-préfet, Mlle Portier, directrice des archives départementales du Doubs, M. Moyse, directeur pour la Haute-Saône, de M. Foltête, président du Centre d’Entraide Généalogique de Franche-Comté, M. Lagier, maire de Pontarlier, rendit hommage au docteur Jean-Marie Thiébaud, « homme de conviction », pour la mise en fichiers des registres paroissiaux.
Pontarlier a les registres paroissiaux parmi les plus anciens de France. Quarante-trois registres des trois églises paroissiales, couvrant la période de 1537 à 1792, date à laquelle il y a eu laïcisation de l’état civil.
Passionné et expert en généalogie, le docteur Thiébaud, alors au conseil municipal, eut l’idée en 1985, loesque furent créés les postes de TUC, d’en embaucher pour dépouiller ces registres et les mettre sur fiches.
Ce qui est unique et qui a été cité en exemple au récent congrès national de Vichy, c’est que chaque fiche nominative contient un maximum de renseignements, avec les dates, les filiations, les professions, les noms des parrains comme des témoins.
Pendant plusieurs années, vint deux TUC ont ainsi dépouillé, retranscrit, sous la conduite du docteur Thiébaud, qui les a guidés dans ce travail pas évident au départ quand les registres sont en latin, fourmillent d’abréviations, avec des écritures parfois difficiles à lire. Eux aussi sont à associer à cet hommage.
« Le premier intérêt, a souligné Michel Malfroy, premier adjoint au maire, est de préserver les documents originaux. Le second, de faciliter la consultation des fiches numérotées par lettre alphabétique, d’avoir une lecture directe, alors que les registres étaient difficiles à lire. L’intérêt est aussi pour les historiens qui peuvent, par exemple, faire à partir de ces fiches, des études sur les noms, les professions. »
Inutile de souligner que cette banque de données facilitera également les recherches généalogiques. « C’est un travail qui donne ainsi accès à la mémoire d’un pays, qui permet d’aller plus loin et plus vite vers nos racines », nota une passionnée de généalogie … Mme Coënt-Bochard, sous-préfet, en remerciant le docteur Thiébaud.

L'EST RÉPUBLICAIN, juin 1993

Auteur concerné :

Jean-Marie Thiébaud


Paypal  Cartes supportées   Cartes supportées

Qui sommes-nous ?

Contacts

Déposer un manuscrit


  Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire
  dernière mise à jour : 15 décembre 2019 | © Harmattan - 2019 | À propos | Paiement en ligne | conditions générales de vente et mentions légales | frais de port