Retour accueil - Editions SPM


Articles de presse

La présence française en Corée du XVIIIème siècle à nos jours

En 1787, les marins de La Pérouse furent les premiers Français à observer les côtes de Corée mais sans se risquer à y débarquer : le refus des étrangers était ancré dans la culture confucéenne du pays du Matin Calme.
Plus tard, des missionnaires français entrés clandestinement payeront cette audace de leur vie (notamment en 1866). Venus venger leurs compatriotes, des soldats de l’infanterie de marine n’emporteront qu’un peu d’or, des livres et de précieux manuscrits.
Suite au traité de commerce et d’amitié signé en 1866, les relations franco-coréennes connurent enfin un âge d’or. Mais l’occupation japonaise effaça jusqu’au souvenir de Français, venus en Corée comme conseillers officiels pour l’éducation, les chemins de fer, les mines, l’armée, le droit, les douanes, les postes, le télégraphe et le téléphone. Qui se souvient que les Français inviteront les Coréens à participer à l’Exposition universelle de Paris et à adhérer à l’Union Postale Universelle en 1900 ?
Depuis, le Pays du Matin Calme a appris à découvrir d’autres facettes du savoir-faire français : la grande distribution, les trains à grande vitesse, les centrales nucléaires, les lanceurs de satellites et la recherche biomédicale de haut niveau.
En annexe, un dictionnaire biographique rassemble les acteurs de cette présence mouvementée, sans oublier les combattants volontaires (1950-1953), les sports des J.O. de Séoul (1988), les enseignants, les enfants adoptés d’origine coréenne (de plus en plus nombreux à vouloir tenter un retour aux sources), tous ayant fait ou continuant à faire de l’interactivité franco-coréenne une réalité bien vivante.

LE PETIT ECHOTIER, LE MAGAZINE DE L’ASSOCIATION DES FRANCOPHONES DE CORÉE, SÉOUL, novembre 2005


La présence française en Corée du XVIIIème siècle à nos jours
de Jean-Marie Thiébaud
Ed. L’Harmattan


LA PRÉSENCE FRANÇAISE EN CORÉE, De la fin du XVIIIème siècle à nos jours (Recherches asiatiques, 2005)

En 1787, les marins de La Pérouse furent les premiers Français à observer les côtes de Corée mais sans se risquer à y débarquer : le refus des étrangers était ancré dans la culture confucéenne du Matin Calme. Plus tard, des missionnaires français entrés clandestinement payèrent cette audace de leur vie. Suite au traité d'amitié et de commerce signé en 1886, les relations franco-coréennes connurent enfin un âge d'or. Mais l'occupation japonaise effaça jusqu'au souvenir de Français, venus en Corée comme conseillers officiels pour l'éducation, les chemins de fer, les mines, l'armée, le droit, etc. Depuis, le pays a appris à découvrir d'autres facettes du savoir-faire français.

 


Auteur concerné :

Jean-Marie Thiébaud


Paypal  Cartes supportées   Cartes supportées

Qui sommes-nous ?

Contacts

Déposer un manuscrit


  Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire
  dernière mise à jour : 10 décembre 2019 | © Harmattan - 2019 | À propos | Paiement en ligne | conditions générales de vente et mentions légales | frais de port