Retour accueil - Editions SPM


Articles de presse

Grâce à un « petit dictionnaire » : tout savoir sur le blason

Le Dr Jean-Marie Thiébaud : un ouvrage de vulgarisation important

« Petit dictionnaire des termes du blason » : c'est le titre du dernier ouvrage du Dr Jean-Marie thiébaud. Un ouvrage pour spécialistes ? L'auteur s'en défend : grâce à ce livre, au contraire, les rudiments de l'héraldique deviennent compréhensibles pour tout le monde. L'héraldique, c'est tout simplement la science des mots se rapportant au blason, et le blason est chargé d'une telle signification dans l'histoire d'hier et celle d'aujourd'hui, que ce petit dictionnaire prend tout à coup un intérêt capital. « La vogue sans cesse grandissante des sociétés de généalogie a contribué au regain d'intérêt que suscite aujourd'hui l'héraldique, dont l'étude n'est plus réservée aux seuls érudits », précise le Dr Thiébaud dans son avant-propos. « Loin d'être le symptôme d'une nostalgie maladive du passé, l'amour des armoiries s'inscrit dans la soif de logotypes de la civilisation contemporaine : casaques des jockeys, pavillons maritimes, mais aussi emblèmes des partis politiques, des banques, des constructeurs automobiles, des marques de carburants, etc. Toutes les sociétés industrielles et commerciales aériennes veulent un sigle populaire, universellement connu, comme les drapeaux des différents pays ».
Si donc l'héraldique n'appartient nullement aux sciences du passé et connaît un regain d'actualité indéniable, c'est d'abord parce que le blason a toujours représenté un signe de ralliement. Les problèmes surgissent lorsqu'il s'agit d'en déchiffrer la signification. Ce à quoi s'emploie le « petit dictionnaire » du Dr Thiébaud.

Tout sur les 1000 mots
Long de 102 pages, l'ouvrage présente les définitions des 1000 termes du blason les plus couramment utilisés dans les armoriaux, ainsi que leur étymologie, leurs variantes orthographiques, leurs synonymes, leur contraire et leur genre qui réserve parfois quelques surprises (on dit par exemple une aigle pour un blason).
A signaler aussi que la dimension des caractères utilisés dans ce dictionnaire est proportionnelle à l'importance et à la fréquence des mots répertoriés : ainsi se dégagent les termes les plus importants (en gras) et les moins usités (en maigres). La lecture s'en trouve facilitée et guidée par la même occasion. « Losange », « hermine », « gueules », « fleur de lis » sont des exemples de mots les plus utilisés. On apprend aussi avec curiosité que les « panthères » sont des monstres à tête de cheval crachant des flammes, la « piété », la poitrine ensanglantée d'un pélican…

Une langue universelle
En retraçant un bref historique, l'auteur montre comment l'héraldique s'est mise en place sans règles fixes d'abord, selon la visibilité des bannières, puis en fonction de l'esthétique, pour devenir une véritable langue universelle, et pour la noblesse des XIIe et XIIIé siècles, un signe auquel on s'identifiait. De plus, toutes les couches sociales ont adopté ce système, malgré les apparences. On en veut pour preuve des objets tels que des moules à gaufres des XVIIe et XVIIIe siècles attestant l'existence d'un système héraldique paysan. Quant aux armoiries nobles, elles figuraient sur les sceaux (qui servaient de signature), les écus, les bannières, les bornes, les cheminées, les pierres tombales, les ex-libris, les lettres d'anoblissements, les poids et mesures en usage, etc. Malheureusement, la Révolution française a fait disparaître une partie de ces armoiries, effacées des bâtiments publics ou privés, parce que jugées « symboles aristocratiques ».
Aujourd'hui, fait observer le Dr Thiébaud, contrairement à ce que d'aucuns croient, cela reste un droit pour chacun « d'adopter les armoiries de son choix sous réserve qu'elles ne soient pas déjà portées par une autre famille. » Le code civil en protège la propriété. C'est pourquoi il est conseillé, dit-il, de voir des héraldistes compétents avant de procéder à ce choix. Un droit qui, en tout cas, ne fait que confirmer s'il en était besoin,

LA VOIX DU HAUT-DOUBS, novembre 1982

Auteur concerné :

Jean-Marie Thiébaud


Paypal  Cartes supportées   Cartes supportées

Qui sommes-nous ?

Contacts

Déposer un manuscrit


  Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire
  dernière mise à jour : 12 décembre 2019 | © Harmattan - 2019 | À propos | Paiement en ligne | conditions générales de vente et mentions légales | frais de port